Justand Mots

Ecriture. Arts. Mots. Matière. Épaisseur. Hauteur. Élan. Sens. Saveur. Son. Musique. Rythme. Contraste. Images. Magie. Création. Forme. Echo. Âme.

PELOTE DE LAINE

Publié le 11 Mai 2017 par Céline Justand in Portrait

Pelote de laine à ses pieds, aiguilles à tricoter posées.
L’ouvrage est là, autour d’elle....

Chaque lien est solidement enlacé pour résister au gel, aux tempêtes bouleversant sa vie par instant. Un ouvrage qui lui tient chaud, comme une bulle toute faite pour elle, toute faite pour nous. Elle est épouse, mère, grand-mère, arrière-grand-mère, sœur, tante, grande tante, cousine, amie. Elle est tout à la fois. Elle est tout ce qu’une dame peut être. Elle est patronne à son poste.
L’ouvrage est là, autour d’elle.

Rapide et maîtrisé, le geste est précis, décidé, autoritaire. Main de fer pour aiguille en douceur, main de velours pour aiguille piquante, sa chaleur gagne en matière. Ne se laisse pas faire. Ne vous laisse pas faire. Sait tout bien faire. Sait bien faire taire. Sait bien se taire. Sait voir autour d’elle, dans tous vos recoins, vos cachettes.
L’ouvrage est là, autour d’elle.

Femme de tête, tout en intellect, conversation haut perchée sur la société, la politique, la philosophie, ou le dernier roman qui a traversé son avis. Femme d’un autre siècle, les années vingt, la jeunesse languedocienne, puis la guerre, l’occupation, la libération, le vote des femmes, la vie de mère au foyer et celle de femme autonome qui mit son mari une deuxième fois à ses pieds. Voici une femme digne, qui serre les dents, fronce les sourcils et continue sa tâche.
L’ouvrage est là, autour d’elle.

Suivant les lois de Dieu, croyante et pratiquante, elle cultive sa foi, son regard vers nos ancêtres lumineux. Les bras ouverts pour bercer le dernier né, la layette était déjà prête, son regard baissé guette le lien se tissant en un inconditionnel câlin. Les tout petits improvisent de nouveaux souvenirs, chacun est le fil doré, précieux trésor qui l’enveloppe. Elle respire dans leurs rires, à chaque époque. Son mari l’appelle, la cherche du regard, ne reste pas longtemps sans contact. Elle est là, tenant sa main fragile. Fabriquant l’ouvrage de leur vie, elle a laissé en nous une pelote de laine pour les liens déliés, les liens éloignés, les liens à créer, les liens à serrer.
Et pour se souvenir d’elle, regardez l’ouvrage autour d’elle.

 

Texte : Céline Justand

©Alexandrine

-Justand Mots-